Je vous propose un parcours de lecture sur la section « Spleen et Idéal »

Regard sur les poèmes intitulés Spleen :

Photo de Lucas Pezeta sur Pexels.com

Dans cette section, LIX,

nous retrouvons le topos baudelairien de la pluie qui reflète l’état d’âme du poète au sein d’un univers urbain. Le poète maudit prend la pose et se représente dans un intérieur modeste et autour de lui un monde vieillissant ou gagnent la solitude, les ténèbres et la mort. La figure du chat est davantage qu’une animalisation, dans l’univers baudelairien, ce motif tour à tour familier,déifié, sensuel, d’un prosaïsme naïf et obsessionnel et ici un véritable double du poète.


La section LX des Fleurs du Mal :

Nous entrons dans le spleen comme lassitude du monde, le poète maudit dont l’âme vieillie construit sa légende et s’invente une maxime : « anywhere out of the world ». On peut établir une intertextualité intéressante avec Le Buffet d’Arthur Rimbaud. En effet, dans ce poème, la figure synecdochique de ce gros meuble représente tantôt le cerveau de notre poète, tantôt un monument de la mémoire de l’humanité, puis finalement tout est rappelé avec ce motif à la vanité et à la finitude. Dans ces poèmes, il se confie également la difficulté d’écrire, l’inspiration ne venant qu’au soir, les journées sont mornes. Là encore, nous avons un rappel du topos des vanités avec le champ lexical de la mort et les goûts esthétiques surannés d’un autre siècle. Baudelaire est nostalgique du boudoir, de la facilité de la vie érotique du jeune dandy, du jeune mondain. Tout est dilapidé, tout s’est envolé, la vigueur et l’argent. Rappelons qu’il fut placé sous curatelle pour avoir dilapider l’héritage familial dans sa vie de bohème à cette époque. Certainement, ce procès était celui des mœurs, mais aussi celui du statut du poète et de la liberté d’expression, car le recueil fut plusieurs fois taxé d’amoralité et censuré. L’artiste souffre réellement d’un manque de reconnaissance sociale et familiale.

Notons également les fameuses correspondances synesthésiques comme dans le poème précédent avec l’évocation du parfum. Le désir grandiloquent de s’inscrire dans le légendaire avec deux évocations de l’Egypte antique.

Photo de Pixabay sur Pexels.com


Le spleen et le symbolisme de la section LXI :

Le registre de cette section bascule dans le grotesque, car Baudelaire y évoque le quotidien le plus trivial de façon grandiloquente, en réalité il nous parle de : sa mise sous curatelle, les prostituées, la maladie.

Les thèmes abordés sont les topoi liés au spleen que l’on retrouve dans toute l’oeuvre: la pluie, l’indifférence aux choses et aux gens, la corruption de l’âme, la mort. La figure du poète continue pourtant de s’inscrire dans le légendaire avec l’alchimie du verbe, il amorce ainsi révolution de l’écriture poétique que l’art consommé du symbolisme rimbaldien achèvera. Rimbaud,lui, deviendra ce voyant, ce « savant qui lui fait de l’or ».


Le symbolisme est un mouvement littéraire et artistique apparu en France, en Belgique et en Russie à la fin du XIX e siècle, en réaction au naturalisme et au mouvement parnassien.

Nommer un objet, 
c’est supprimer les trois quarts de la jouissance du poème 
qui est faite de deviner peu à peu : le suggérer, voilà le rêve. 
C’est le parfait usage de ce mystère qui constitue le symbole

Stéphane Mallarmé

Les poètes symbolistes essaient d’atteindre une réalité transcendante et cherchent à saisir l’idéal comme l’ont tenté Baudelaire ou Rimbaud.

Ils espèrent trouver la clé d’un univers spirituel.

Dès lors, pour eux, la poésie est un instrument de connaissance qui traduit les découvertes du poète par des symboles verbaux. En effet, le symbole est le secret de la poésie.

Les poètes cherchent aussi un langage fluide, musical et pur. Le vers libre est une de leurs innovations pour s’affranchir de la rime et de la métrique régulière.

Baudelaire influence l’école symboliste pour le recherche de l’Idéal; Mallarmé, de son côté, accorde beaucoup d’importance à la fonction poétique du langage comme un médiateur entre réel et idéal. En effet, le symbolisme est essentiellement l’idéalisme appliqué à la littérature.


Dimension allégorique du dernier poème de la section Spleen, LXII :

On retrouve le cadre d’un jour orageux, mais avec une dimension plus abstraite et allégorique pour ce dernier poème de la section Spleen. D’ailleurs, les éléments prosaïques de l’univers urbain ont disparu. La terre, (le monde) est métaphoriquement devenue une insupportable prison. Le mot « ennui » mis en relief à la rime, au pluriel, avec la caractérisation adjectivale « long », résume à lui seul le sentiment du spleen qui languit le poète à la muse malade.

Les métaphores animalières repoussantes sont employées alors pour dire que même les bons sentiments ne sont pas grand chose dans ce contexte. L’angoisse existentielle cède ainsi la place au dégoût, au cynisme même, dans les nuances du spleen baudelairien.

Notons aussi l’emploi des correspondances avec les sons désagréables: « Gémissant »; »geindre »; »hurlements »; avec adjectif et adverbe intensifs et péjoratifs. Tout cela traduit une lutte intérieure qui se joue dans l’âme du poète entre espoir et angoisse, ici traitée de manière allégorique et dans un registre épique.

Et vous quel aspect de l’oeuvre avez-vous apprécié? Laissez nous votre commentaire.


MES CONSEILS POUR L’ORAL:

il faut aussi mettre en valeur tes lectures cursives et complémentaires scolaires ou personnelles, penser à valoriser les rapports intertextuels, établir un dialogue entre les œuvres, cela fait tout de suite bonne impression !

Par exemple, on peut établir un parallèle de Baudelaire avec Apollinaire :

Faire un rapprochement des deux recueils sur les thèmes ou la modernité de l’art poétique avec la notion de saison mentale, les topoi poétiques identiques (l’eau dit la mélancolie, la nostalgie et la fuite du temps) ou encore l’emprunt du procédé des correspondances.

On retrouve par exemple chez eux, la métaphore d’ une eau sale du monde qui corrompt l’âme, coule incessamment et vient à bout des meilleurs efforts, mais * grâce à la poésie, ils parviennent à faire à partir de de la boue du quotidien de l’or.

Les Alcools (titre du recueil) de Guillaume Apollinaire sont aussi ces choses trop fortes qui heurtent l’âme et le cœur durant la vie, mais l’ allégorie de l’ Espérance en majuscule chez lui dans le poème liminaire Zone, montre, à la différence de Baudelaire, que ces épreuves font aussi parfois le sel de la vie.


La poétique et les thèmes de Baudelaire :

Derrière classicisme formel, le recueil surprend par le génie des images baudelairiennes : « un frisson nouveau dans l’âme moderne », selon Hugo,la

« concentration du plus d’émotion possible dans l’expression la plus resserrée ».

Ce que la postérité retiendra du style baudelairien c’est sa puissance provocatrice, l’insolite de l’image. La bizarrerie subjugue par la puissance suggestive de l’image :

« Les parfums, les couleurs et les sons se répondent »,

dans le poème Correspondances, c’est le principe symboliste des synesthésies dont il est l’inventeur.


Les thèmes:

  • Un univers déchiré entre :deux postulations simultanées comme la boue et l’or, le trivial de l’univers urbain des bas-fonds et l’absolu de la muse poétique etc…
  • la Loi d’ambivalence: l’artiste romantique bénit et maudit
  • Visages du Spleen : l’angoisse ou encore le dégoût en passant par l’ennui…
  • l’obscur Ennemi : le Temps,Long(s) Ennui(s)
  • L’Idéal
  • La Femme
  • Les paradis artificiels

Conclusion :

Retenons dans la modernité de ce recueil, le contraste entre la splendeur classique de la forme et la modernité provocatrice du contenu.

La synthèse baudelairienne entre romantisme et modernité ouvrira la voie au symbolisme.

L’artiste doit dévoiler la signification secrète des choses, déchiffrer leurs analogies, pénétrer l’énigme, l’intimité de tout. « Aspiration vers l’infini » d’ordre métaphysique, vers l’Absolu, la Beauté : un paradis spirituel et esthétique .


Question d’ensemble pour l’oral :

  1. Déterminez le mouvement auquel appartient le poème Correspondances (le Symbolisme, donnez des indices précis de cette appartenance au mouvement en citant le texte) .
  2. Que signifie le titre de ce poème, Correspondances ? Théorie esthétique inventée par Baudelaire et reprise par de nombreux poètes modernes selon laquelle la synesthésie révèle l’harmonie du monde et le poète est capable de lire dans la Nature les signes de cette harmonie profonde de l’univers (quête du sens caché et mysticisme) et de la révéler à ses contemporains.
  3. Quel sens donnez vous au titre du recueil ? Ce titre renvoie aux fameuses fleurs de rhétoriques, c’est-à-dire aux figures de style et par extension aux poèmes eux-mêmes.
  4. Que signifie le mot « Spleen » ? Dans la langue de Shakespeare, ce terme signifie « ennui ». Mais il y a comme nous l’avons vu des nuances du spleen dans le recueil.

Genèse du recueil en dates :

1840 Première parution du recueil


1857 scandale et premier procès des Fleurs du Mal première édition

éléments biographiques : bohème; dandysme ; tutelle, thème de la relation fusionnelle œdipienne à la mère et rejet par le beau-père à l’origine du mythe du poète maudit et incompris;révolte; succès de l’oeuvre qui fait scandale.


17 JUILLET 1857 saisie des exemplaires


5 nov 1858+20 fleurs annoncées


1er janv 1860 réédition à 1500 exemplaires + Paradis artificiels+Curiosités esthétiques 35 pièces +3 morceaux

Mais pas de procès donc pas de scandale et moins de succès.

éléments biographiques : suicide; chantage filial ; mysticisme ; la décadence, traîne dans les cafés, est admiré par de jeunes poètes : « avant tout être un grand homme et un saint pour soi-même »;malade de la syphilis.


1862 3ème édition , il touche le double par ouvrage chez un nouvel éditeur +Le Spleen de Paris ou Petits poèmes en prose

éléments biographiques : faillite de l’éditeur et manque d’argent du poète qui fignole jusqu’à sa mort le recueil (3 ans plus tard). Finalement, les thèmes obsessionnels sont repris, mais dans un registre plus sobre, prosaïque,vie quotidienne, urbaine, moins sacramental, perdent la symbolique du Mal, l’Ennui (le Spleen) fait place aux ennuis.

Cet article vous a-t-il aidé ?

Sommaire des Lettres

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s