#Zweig ESSAI biographique III sur #Montaigne

#BAC#EAF#LETTRES#PHILO#ETUDES

«Né en 1881 dans un grand et puissant empire […], il m’a fallu le quitter comme un criminel. Mon œuvre littéraire, dans sa langue originale, a été réduite en cendres. Étranger partout, l’Europe est perdue pour moi… J’ai été le témoin de la plus effroyable défaite de la raison […]. Cette pestilence des pestilences, le nationalisme, a empoisonné la fleur de notre culture européenne»

Le Monde d’hier, Souvenir d’un Européen, 1942, Stefan Zweig


Comment Zweig (1881-1942) devint biographe?

Stefan Zweig est un auteur du XXème siècle, mais plus que jamais notre contemporain, une conscience dans le temps dans une Europe en crise.

Écrivain de langue allemande, il est contraint à l’exil après la montée du nazisme et l’autodafé de ses œuvres en 1933. Il est l’auteur de plusieurs nouvelles, récits, romans et poésies. Mais à partir de son départ pour Londres il devient biographe et traducteur. Comme d’autres intellectuels juifs de cette époque, je pense en particulier à Primo Levi qui eu juste le temps d’écrire un témoignage sur les camps dans Si c’est un homme…,après un long combat de résistance psychologique à l’oppression comme le décrit l’extrême tension à laquelle est en proie le héros dans son dernier récit Le joueur d’échecs, Stefan Zweig se donne la mort.


Lire la suite « #Zweig ESSAI biographique III sur #Montaigne »

Montaigne#EAF

Montaigne Les Essais chapitre « Des Coches »

Le titre emprunte la préposition latine, le « de » signifie « au sujet de ».
Le mot d’ancien français « coche » renvoie aux « voitures », c’est à dire les moyens de transports.
Ce chapitre s’intitule ainsi, car la réflexion de Montaigne démarre par ce thème, il se confie au lecteur avec ce ton et ce style intimiste qui le caractérise et le rend si moderne et sympathique encore aujourd’hui comme ambassadeur de l’humanisme gaulois dans ce qu’il a de plus universel. D’autant que Montaigne est éduqué dès le plus jeune âge dans la familiarité des langues grecque et latine, sa familiarité avec la culture antique l’aide à philosopher et à mettre à distance la folie du monde à une époque où les guerres de religion font rage.
Donc,ce chapitre est aussi riche d’exemples et de digressions érudits sur l’histoire des empereurs romains, les allusion à Horace, fameux poète latin.
Ces exemples permettent de concentrer la réflexion sur la dimension politique:rôle du souverain, qualité d’un bon roi, libéralité de l’état et mécénat, sans que le ton ne glisse vers la satire politique ou le portrait charge à clefs comme ceux de La Bruyère ,plus tard,au XVIIème siècle. 
Montaigne redoute-t-il la censure ? Peu probable. 
Sa pensée part du thème des transports pour en venir à la réflexion sur l’état, car il la laisse aller « à saut et à gambade », c’est-à-dire au gré et au rythme de la conversation naturelle qu’il pourrait avoir avec un ami, comme La Boétie. 

A SUIVRE… Un article sur la biographie rédigée par Stefan Zweig, écrivain du XXème siècle, sur Michel de Montaigne. Abonnez vous, pour ne rien manquer!

Sommaire des articles Lettres